Aide sociale pendant la crise du corona
fileadmin/_processed_/e/4/csm_Kinder_cd6654d75b.jpg

Monitoring du nombre de dossiers

La crise du coronavirus marque, en Suisse et dans le monde, le plus puissant coup d’arrêt de l’économie depuis la Seconde Guerre mondiale. Ses retombées dépassent de loin celles de la crise financière de 2008/2009, si bien qu’elles constituent un défi majeur pour le système de sécurité sociale en Suisse. La CSIAS part de l’idée que l'aide sociale doit se préparer à une forte hausse du nombre de dossiers à moyenne échéance. La CSIAS calcule une hausse de 28% jusqu’ en 2022. (Document d'analyse défis à venir pour l’aide sociale)

La CSIAS analyse attentivement les conséquences de la crise sous l’angle de l'aide sociale et s’emploie à identifier les difficultés qui se profilent à court et moyen terme. A cet effet, elle a mis en place un monitoring pour observer l’évolution du nombre de dossiers.

Situation actuelle (état à fin mai 2020)

Dans l'ensemble, on observe depuis le mois de mars une légère augmentation du nombre de dossiers à l’échelle nationale (+ 2,7 %), avec une progression plus marquée en Suisse romande (+4,3%) et en Suisse centrale (+4,2 %) par rapport au mois moyen de 2019. La hausse est en revanche peu sensible dans le Nord-Ouest de la Suisse (+0,9%), en Suisse orientale (+0,6%) et dans le canton du Tessin (+2,3%).

La CSIAS estime que la hausse induite par la pandémie ne se fera pas ressentir en Suisse avant quelques mois. D’abord parce que les instruments de l'assurance-chômage (chômage partiel, indemnité journalière prolongée) et l'allocation pour perte de gain en cas de coronavirus fonctionnent pour l’instant encore, et ensuite parce que l’aide sociale n’est allouée à un demandeur qu’à partir du moment où celui-ci a épuisé sa fortune.

 

Méthode

Dans la crise actuelle, le besoin se fait grandement sentir de disposer de données étayées en temps quasi-réel concernant l'évolution du nombre de dossiers de l’aide sociale. Les évaluations de la statistique de l’aide sociale, mais aussi du rapport sur les indicateurs de l’initiative des villes pour la politique sociale, ne sont pas établis avant l’année suivante et ne peuvent dès lors répondre au besoin d'information à court terme. En concertation avec l'Office fédéral de la statistique (OFS), la CSIAS réalise donc un monitoring du nombre de dossiers dans l’aide sociale. Les données comparatives retenues se fondent sur les rapports fournis par les services sociaux. Si ces rapports sont comparables, ils ne s’appuient pas toujours sur les mêmes définitions. La conformité avec les définitions de l'OFS ne peut être garantie.

Les services sociaux cantonaux, régionaux et municipaux participants se répartissent sur toute la Suisse. Toutes les parties du pays ainsi que les régions urbaines et rurales y sont représentées. La représentativité au sens scientifique du terme est limitée, dès lors qu’il a été renoncé à sélectionner les services sociaux de manière aléatoire. Au total, les participants représentent 57% des bénéficiaires de l'aide sociale en Suisse. Les services sociaux suivants participent au monitoring:

  • Suisse orientale: commune d‘Herisau, canton de Glaris, ville de Coire, ville de Saint-Gall, ville de Weinfelden, ville de Winterthour, ville de Zurich (représentent ensemble 44,2 % des bénéficiaires de l’aide sociale de Suisse orientale)
  • Suisse du Nord-Ouest: commune de Klingnau, commune de Seon, commune de Reinach BL*, ville de Bâle, ville de Berne, ville de Bienne*, ville d’Olten (représentent ensemble 30,1 % des bénéficiaires de l’aide sociale du Nord-Ouest de la Suisse)
  • Tessin: canton du Tessin (représente 100 % des bénéficiaires de l’aide sociale du canton du Tessin)
  • Suisse romande: canton de Genève, canton de Neuchâtel, canton de Vaud, région de Morat (représentent 83,4 % des bénéficiaires de l’aide sociale de Suisse romande). Le Canton de Valais est pris en compte d’une manière explorative à cause d’un manque des données mensuels de l’année 2019.
  • Suisse centrale: diverses communes du canton de Zoug (Baar, Menzingen, Oberägeri, Risch-Rotkreuz, services sociaux Asile  du canton de Zoug, ville de Zoug, Unterägeri), commune de Sarnen, canton de Nidwald, district de Küssnacht, ville de Lucerne (représentent ensemble 41,9 % des bénéficiaires de l’aide sociale de Suisse centrale)
  • Le monitoring porte sur les dossiers actifs (= unité de soutien avec versement dans le mois considéré).

*On n’a pas encore reçu (toutes) les données.

La CSIAS calcule, à partir du nombre de dossiers, les variations sous la forme d'un indice. La valeur de base 100 correspond au mois moyen de l’année 2019. Il est publié un indice national, de même qu’un indice comparatif pour les cinq parties du pays (Suisse orientale avec Zurich, Suisse du Nord-Ouest, Tessin, Suisse romande et Suisse centrale). Les indices sont pondérés et calculés sur la base de la proportion de bénéficiaires de l'aide sociale (statistique de l'aide sociale 2018). La pondération est effectuée à la fois dans chaque partie du pays et pour la Suisse dans son ensemble. 

Si les données des différents services sociaux sont communiquées avec retard, les ajustements sont intégrés rétroactivement et publiés dans le mois qui suit.

Diese Webseite verwendet Cookies. Mit der Nutzung unserer Dienste erklären Sie sich damit einverstanden, dass wir Cookies verwenden.