Ateliers 1 - 6

Atelier 1 La peur de l'appréciation (a) - SANS traduction
La Unabhängige Fachstelle für Sozialhilferecht (UFS) conseille, accompagne et représente les intérêts juridiques des bénéficiaires de l’aide sociale. Il arrive régulièrement que les offices sociaux décident de manière trop schématique et qu’ils aient peur de faire des exceptions et d’utiliser leurs marges de manoeuvre. Discussion d’exemples concerts du conseil juridique.

Pierre Heusser, Avocat de confiance de la Unabhängige Fachstelle für Sozialhilferecht (UFS)
Atelier 2 L'appréciation – une recette de cuisine (a) – SANS traduction
Le principe de l’individualisation dans l’aide sociale offre aux professionnel/les la possibilité de fournir un soutien ou de le refuser en tenant compte de la situation spécifique de la personne concernée. L’utilisation de l’appréciation est discutée et entraînée à l’exemple d’un cas concret.

Claudia Hänzi, Cheffe de service, Service de la sécurité sociale, Soleure
Atelier 3 Nouvel instrument de pilotage – plus de marge de manœuvre (f) – AVEC traduction
Le canton de Vaud mise sur des formes innovantes d’intervention sociale et du pouvoir d’appréciation à l’aide sociale: Grâce à une standardisation des procédures et un soutient du service administratif, les professionnels peuvent davantage se concentrer sur le conseil social. Présentation et discussion du concept et des expériences faites.

Françoise Jaques, Cheffe du Service de prévoyance et d’aide sociales, Département de la santé et de l’action sociale de l’Etat de Vaud
Atelier 4 L'interaction efficace entre aide privée et aide publique (a) – SANS traduction
Quelles sont les marges de manoeuvre des organisations d’entraide privées? Discussion à l’aide d’exemples sur la signification de l’appréciation pour une oeuvre d’entraide privée telle que le Secours d’hiver et les interfaces avec l’aide sociale publique. Dans l’étude «Les oeuvres d’entraide et l’aide sociale publique – de la complémentarité à la subsidiarité?», on constate que même si l’on ne peut pas parler d’un déplacement systématique des cas des services sociaux vers les oeuvres d’entraide, les personnes concernées s’adressent néanmoins aux oeuvres d’entraide lorsque les services sociaux n’épuisent par leur marge d’appréciation.

Monika Stampfli et Harald Müller, Secours suisse d'hiver
Atelier 5 Marge de manoeuvre dans la créativité (f) – SANS traduction
Le succès des processus d’insertion dépend aussi de la création d’un dispositif complémentaire aux structures existantes. Les ateliers de l’association ACCROCHE gère de manière très particulière leur marge de manoeuvre en tant que professionnels de l’aide sociale. Leur but étant d’accrocher les «décrocheurs». Présentation du résultat d’un projet (court-métrage) et discussion.

Thomas Gremaud, directeur Scène Active/Accroche, Association ACCROCHE Genève
Atelier 6 Psychologie positive – influence sur le conseil social (a) – AVEC traduction
La souplesse d’intervention ne dépend pas uniquement de dispositions légales accordant une marge d’appréciation. La psychologie positive propose une approche d’action inédite qui ouvre de nouveaux horizons et est source d’approches de solutions créatives. Le service social de Dietikon présente ses expériences.

Liliane Blurtschi, responsable du département social de la Ville de Dietikon