Normes CSIAS 2021

Réduction des coûts de l'aide sociale en 2019

Les nouveaux chiffres montrent une hausse chez les PC et, pour la première fois en 10 ans, une baisse dans l'aide sociale. L'évolution des coûts est confirmée par les résultats de la Statistique de l'aide sociale, qui fait également état d'un nombre légèrement inférieur de bénéficiaires de l'aide sociale en 2019.

La baisse des coûts, ou du nombre de bénéficiaires de l'aide sociale, est une nouvelle fondamentalement positive si elle découle d'une meilleure insertion professionnelle. Cependant, la CSIAS a également observé une augmentation du nombre de personnes ne percevant pas l'aide sociale. Depuis le durcissement de la loi sur les étrangers et l'intégration, les instances compétentes en Suisse ont constaté que de nombreux ressortissants étrangers* en situation d'urgence ne s'annoncent plus auprès des services sociaux ou se désinscrivent, même si leur existence n'est pas encore assurée. En 2019, le nombre de personnes assistées avec un permis C a diminué de 9% par rapport à 2017, tandis que celui des personnes avec un permis B s’élevait à 7%. Pour la population suisse, la baisse n'a été que de 3%. Depuis le début de la crise du coronavirus, cette évolution est claire. Dans de nombreuses villes, de longues files d'attente se sont formées devant les centres de distribution alimentaire. En revanche, les œuvres d’entraide ont signalé une forte hausse des demandes d'aide de la part de personnes qui pourraient en principe prétendre à l'aide sociale.

Si le fait d’y renoncer a un impact positif sur les coûts à court terme, il aggrave la situation des personnes concernées à plus long terme, et donc leurs chances d’intégrer le marché de l’emploi. Une situation d'autant plus grave lorsqu'il s'agit d'enfants. Le groupe d'âge des 0-17 ans sans passeport suisse présente le taux d'aide sociale le plus élevé de Suisse, soit 9,9%. Il est trois fois plus élevé que la moyenne nationale. Par conséquent, si les étrangères et étrangers ne s’annoncent plus ou se désinscrivent de l'aide sociale, ce sont surtout les enfants et les jeunes qui en pâtissent. Par ailleurs, vivre dans la précarité réduira inévitablement leurs chances de réussir leur avenir professionnel.

Communiqué OFS

Diese Webseite verwendet Cookies. Mit der Nutzung unserer Dienste erklären Sie sich damit einverstanden, dass wir Cookies verwenden.